Clôture de 2018 : La mutinerie des princesses – Episode 1 – Prin Cec

 

La tête appuyée dans le creux de ma main, je contemple la danse des vagues entre la Dominique et la Guadeloupe. Encore quelques petites heures et je débarquerais de la navette à Pointe à Pitre puis prendrais un ticket pour Deshaies où m’attend mon carrosse flottant pour le prochain mois et demi, Damacha. Moi vous ne me connaissez pas encore alors je vais me présenter, je m’appelle Cécile, et je suis une princesse vagabonde. Les gens m’appellent Prin Cec. Mon royaume : notre petite planète, c’est un super royaume, on est en coloc dessus, on se marre bien.  L’an dernier par exemple j’ai fait un petit tour complet du propriétaire sans jamais prendre l’avion. Et j’y ai pris goût alors cette année j’ai décidé de continuer.

Damacha, c’est un gros carrosse, et apparemment il n’est ni très précis ni très à l’heure. Il devait me récupérer à Fort de France en Martinique à la mi-août, et est finalement arrivé au nord de la Guadeloupe mi-novembre. Mais ça ce n’est pas grave, c’est la vie, c’est le voyage et surtout c’est ainsi et puis n’est-il pas une plus belle philosophie de voyage que celle qui dit « Je ne sais pas quand j’arrive, je ne sais pas où j’arrive mais ce qui est désormais sûr c’est que je suis partie, voilà bien le principal ! ».

La nuit tombe sur la bourgade de Deshaies et me voila attendre (encore …) les deux capitaines, Hugo et Sébastien. Je ne connais que Sébastien pour le moment, on s’est rencontrés par des amis commun pendant nos études à Toulouse.  Voyant que je prolongeais mon expérience de princesse itinérante il m’a proposé de les rejoindre à bord, j’ai hésité puis … en fait je n’ai pas hésité, j’ai dit oui de suite. Bref les voilà qui arrivent tout bronzés, une bière de bienvenue et hop sur l’annexe direction mon nouveau carrosse. Petite note technique pour les néophytes, mais sur les carrosses flottants, un cocher ça s’appelle un capitaine. Autant vous dire que la navigation c’est technique !!

On monte à bord, je rentre et m’installe dans ma nouvelle cabine à l’avant du bateau (la cabine de Seb) pendant que Seb déménage dans le salon. Elle est sympa cette cabine mais pas trop décorée. Un peu austère quoi. Mais Panipwoblem comme on dit ici, je m’en occuperai demain. Belle attention à noter : pour que je puisse avoir toute mon intimité, ils ont tendu une serviette avec deux aimants à l’entrée de ma cabine qui n’a pas de portes.

Les jours suivants je m’habitue à mon nouvel environnement, je redécore ma chambre et j’en profite pour amener les deux garçons acheter un rideau, parce que bon, la serviette et deux aimants c’est quand même pas pratique et pas très bien accordé à la nouvelle ambiance de ma cabine. Bref alors que je parle d’aller dans un magasin de deco ils ont l’air perplexes, quand je rajoute que ça peut aussi être un magasin de bricolage Hugo se lève et dit « Oui on y va de suite ! ». Ils sont gentils mes capitaines ! Quand on arrive ils me disent que je peux choisir le rideau que je veux. Ils sont super sympas mes capitaines ! Puis flairant le piège ils sentent utile de rajouter que le rose est interdit. Pfff ils sont trop nuls ces capitaines … Du coup pour me venger je prends les rideaux gris, c’est triste des rideaux gris, ils vont détester. « Ah oui c’est bien ça le gris ça passe partout ! » … Putain de garçons …

Alors que les premiers jours se passent je trouve mon rythme sur Damacha : Le matin je me lève, je bois un café avec un peu de lait et mange mes tartines, après je médite sur le pont, et sur un bateau qui bouge il faut s’habituer, ensuite on va faire des activités : nage, plongée, courses, visites, etc. J’aime bien la plongée, c’est un peu comme méditer, on a du temps pour penser et se recentrer sauf qu’on le fait au milieu des poissons des tortues et des coraux. Après arrive mon heure préférée : 17heures, dans mon royaume c’est l’heure à partir de laquelle on a le droit de manger des cacahuètes. C’est troooooop bon les cacahuètes, surtout quand elles sont salées et qu’elles sont accompagnées d’un ti punch. Puis le soir, on mange et on lit sur le bateau. Sauf les fois où ça dérape mais ça c’est en général quand on va manger au restaurant. Du coup quand ça dérape ben on lit pas, mais c’est bien quand même !

J’apprends plein de nouvelles choses par exemple un jour Seb il me propose d’apprendre les nœuds marins. Chouette de nouvelles connaissances ! Je dis oui. On commence avec le nœud de chaise. Vous savez faire un nœud de chaise ? Non ? Alors voici son histoire :

Il était une fois dans un royaume très lointain un serpent très curieux. Ce serpent vivait dans un puit très profond et très noir. Mais comme il était curieux un jour il se dit « tiens, et si j’allais voir ce qu’il y a en dehors du puit ! ». Le serpent sortit du puit puis vit un arbre qui avait poussé juste à côté. Alors, prenant son courage à deux mains, il fit le tour de l’arbre et il re-rentra dans le puit. Fin.

Ouais bon j’avoue les contes de marins c’est un peu pourri mais au moins ça apprend à faire des nœuds Me répétant inlassablement cette histoire au fond de moi je devenais une experte du nœud de chaise. Après cinq nœuds réussis coup sur coup sous le regard fier de Sébastien je me retournait et lui demandais à quoi servait ce fameux nœud de chaise.

Réponse : « A accrocher le seau pour récupérer de l’eau pour quand tu feras la vaisselle. » Pff de toute façon j’aime bien faire la vaisselle, c’est un peu comme méditer sauf que ça sent le curry et le savon à la lavande.

Je profitais aussi de ces premiers jours à bord (et du fait qu’il pleuvait averse, genre truc de ouf) pour finaliser le récit de ma première année d’aventure. Correction, finalisation de la couverture, puis envoi final à mon éditeur. Et bim abracadabra (C’est le nom de mon livre, pas une formule magique) sortait dans les bacs chez tous les libraires respectables (et Amazon aussi). (D’ailleurs si ça vous intéresse vous pouvez le trouver là, en format numérique ou en format papier.)

En parlant de formule magique un matin alors qu’on allait revenir de la ville vers le bateau avec l’annexe (L’annexe c’est le petit zodiac qui permet de monter a bord de Damacha quand elle est à l’ancre, une sorte de marche pied gonflable avec un moteur qui fait de la fumée quoi) on me propose d’en prendre le contrôle ! On m’explique : si tu tires sur la barre tu vas tourner vers en face de toi, si tu pousse tu vas tourner vers derrière toi, si tu tourne la poignée dans ce sens ça accélère, dans l’autre sens tu décélère. Et c’est ainsi que je devins Prin Cec, princesse vagabonde et capitaine de marche pied ! Trop de swaaaag ! Après un petit temps d’adaptation nous voila en train de traverser la baie cheveux au vents et moteur vrombissant ! A peine le temps de profiter de l’expérience que déjà la poupe de Damacha se profile, puis se rapproche. Elle se rapproche vite quand même … Comment on décélère déjà ? Mince je ne me souviens plus du coup je vais en profiter pour sortir ma botte secrète de princesse : La formule magique qui m’a été apprise par mes potes les fées. Alors que nous filons à pleine vitesse sur la coque en acier je me décide à psalmodier mon incantation : « Oulala ». Pas d’effets … C’est quoi ce bordel ? Alors qu’on me suggère l’idée de ralentir je répète plus fort mon incantation : « Oulala Oulala ». Toujours rien !! Qu’est ce que c’est que cette formule magique de merde !! Je recommence dans une dernière tentative désespérée « OULALA OULALA OULALA » ! Encore rien ne se passe. Mais c’est quoi ces fées toutes pourries ??? Heureusement, un instinct de survie surgit au plus profond de moi et mécaniquement mon poignet se casse coupant les gazs. Mais il est trop tard et je m’imagine déjà parcourant les mers dans un carrosse avec son marchepied encastré dans son flanc. Impact ! Un boing tout mou retenti, les boudins de l’annexe se déforment et encaissent le choc. On rebondi mollement. On s’agrippe au bateau, on s’y accroche. Notre vie est saine et sauve, on s’en tire bien, les fées ont perdu. Bien fait les fées !

Dernière soirée à Deshaies, j’en profite pour inviter ceux qui m’ont hébergé pendant trois mois en Martinique (alors que je ne devais rester que 15 jours à la base. Puis avec le retard de mes 2 cochers je suis resté 15 jours, puis 15 jours, puis 15 jours, puis …) Je tenais à leur montrer que je n’avais pas menti et que effectivement j’embarquais sur un vrai bateau et que mes 2 cochers étaient réels ! Juliette et Kantara sont un peu mes deux anges gardiens Martiniquais ! Et vous voulez une preuve que mon royaume est un petit monde ? Le cousin de Juliette, Henri, était dans la même promotion que Sébastien à l’ICAM ! C’est quand même fou ces coïncidences ! J’aime bien quand le destin nous joue des tours comme ça ! Bref une belle soirée sur fond de ti punch vieux.

Puis vient le départ de Deshaies, ma première navigation. En tant que princesse j’ai plein d’artefacts magiques, c’est normal. Et ceux-là ils ne m’ont pas été donnés par des fées toutes moisies. Déjà j’ai toujours avec moi mon plaid omniscient. C’est un plaid qui ressemble  à plaid normal sauf que déjà il est rose, donc il est plus beau qu’un plaid classique. Ensuite il me sert aussi de couverture pour les nuits sans lunes, d’écharpe pour les soirées venteuses, de pull pour les soirées fraiches, de nappe pour les pinique impromptus, de paréo pour les après-midis farniente et maintenant dans ce nouvel environnement nautique il me sert aussi de rideau pour me changer dans le couloir qui mène a ma cabine. Et bim les garçons, qui c’est qui a un rideau rose dans son bateau maintenant ? Bref je disgresse. Pour ma première navigation je me pare d’un autre artefact : Mes bracelets de chaman +6 contre les malaises de la mer. 2 heures de navigation pour arriver à la réserve Cousteau, une réserve de plongée. On y voit des tortues !! C’est joli les tortues j’aime beaucoup ! on a l’impression qu’elles planent dans l’eau indifférentes à tout ce qu’il se passe autour d’elle. Petit à petit je m’intègre dans le quotidien de Hugo et Sébastien. Ils sont rigolos tous les deux. On dirait un vieux couple : Ils se comprennent sans se parler, des fois ils se disputent et l’instant d’après ils rigolent ensemble autour d’un verre. Ils se connaissent par cœur, quand on va faire les courses on va faire un détour pour prendre des pépitos parce que Hugo il adore ça ou prendre un quatre quarts parce que Seb il aime bien. D’ailleurs les gens qu’on croise ils pensent que soit ils sont frères, soit ils sont en couple, sauf que bon ils ne le sont pas. Mauvaise langue des gens pourrait dire que les deux sont possible mais comme je sais que Hugo est un Chtit je ne me permettrai pas de m’engager sur cette voie ! Du coup leur routine des derniers mois change avec l’arrivée d’une princesse à bord mais tous les trois on s’adapte. Puis nous partons faire une dernière étape à Rivière Sens, au sud de la Guadeloupe avant de partir pour les Saintes. Juste une petite étape tranquille qu’ils disaient. Le premier soir grosse soirée improvisée au bar boite du coin. La soirée est douce et riche en rencontres (même si des fois les noms m’échappent). Le lendemain est consacré à remettre les corps en état et faire de la menue lessive. Journée sans grand intérêt. Nous faisons néanmoins connaissance avec notre voisin de ponton (oui, on a décidé de se poser dans une marina pour les 2 jours de l’escale) Sébastien (un autre). Le lendemain nous voilà invités à un petit verre a bord de son bateau. Qui dit princesse dit conte. Qui dit conte dit magie, qui dit magie dit magicien. Le bateau de Sébastien s’appelle Gandalf et il remplira son rôle dans une soirée où nous découvrirons la petite communauté de rivière Sens. Sébastien l’hôte de ces lieux, un autre Sébastien troubadour guitariste, Vivi, maître randonneur et sage de son état (jusqu’à une certaine limite de ti punchs), Yann et Fred duo de choc ainsi que d’autres dont les noms errent dans mon esprit. Encore une autre soirée fort agréable où nous avons été accueillis à bras ouvert dans le petit groupe de Gandalf. Entre Ti punch, débats enflammés, blagues de plus en plus en potaches, fou rires et volutes de fumées enivrante, le sentiment de passer une fort agréable soirée en présence de compagnons tout aussi agréables compensait le début de fuite de souvenirs engendré par la combinaison ti punch / calva / tabac magique.

Le lendemain mes bracelets magiques étaient mis à rude épreuve pendant la traversée du canal des saintes. En fait ils ont failli lamentablement m’obligeant à reposer mon petit estomac de princesse balloté par les terribles vagues. (Elles auraient été envoyées par ces co…. de fées que ça ne m’étonnerait pas !!!). En tout cas les excès de la veille n’y sont pour rien j’en suis sûre, je suis une princesse, les excès n’ayant de facto aucun effet sur moi !

Après quelques heures nous voilà au mouillage sur l’ilet des cabrits aux Saintes. Le paysage est féeriq … est magnifique ! Vous savez dans mon royaume les choses sont super bien organisées et de manière générale il ne faut pas bouleverser cette organisation. Un exemple frappant : Sur le bateau nous avons Hugo qui est toujours actif. Il est le premier levé et aime avoir toujours quelque chose à faire : Bricolage, travailler sur sa compagnie, plonger, etc. A contrario il y a Sébastien. Sébastien il adore prendre le temps, lire, faire la sieste, profiter de moments où il peut s’ennuyer. Il se lève toujours après Hugo. Le premier matin au mouillage dans la baie de l’ilet aux cabrits, voilà que Sébastien se lève en premier, aux aurores. Il se décide à partir explorer les chemins de randonnée de l’ile et part seul rejoindre la plage à la nage et commence sa ballade. Ballade qui l’amène au pied du fort Joséphine, un ancien fort abandonné qui a été ensuite transformé en prison puis en boite de nuit. D’ailleurs c’est expliqué à l’entrée de ce fort : Il ne faut pas s’étonner de trouver des éléments anachroniques vu que pendant quelques années les murs d’enceinte furent un temple de la nuit locale. Le voilà donc en train déambuler au milieu des ruines, tout seul alors que le jour fini de se lever. Au milieu des 4 remparts se dresse un toit qui semble directement sortir de terre. Il abritait alors les geôles dans lesquelles étaient enfermés les prisonniers. Se risquant à passer la tête dans l’ouverture Sébastien découvre une petite salle exiguë pas haute du tout. Les deux marches à l’entrée donnaient sur une pièce carrée haute en son centre d’un mètre soixante maximum et dont le sol était recouvert d’une moquette bleue marine reste de l’époque disco du fort en déduisit Seb. Faisant le tour de la petite bâtisse. Il découvre une autre cellule en tout point similaire sauf que le sol, débarrassé de sa moquette était d’un béton tout à fait uni et complètement plat. Intrigué par la bassesse du plafond Sébastien décida de s’aventurer dans la cellule pour voir si il pouvait tenir debout, ce dont il doutait. Alors qu’il descendait les deux marches Sébastien pensaient à ces pauvres prisonniers qui devaient survivre tout courbés dans cette bien sinistre pièce. A combien étaient-ils entassés ? Alors qu’il allait poser son pied sur la dalle de béton, son regard se focalisa sur le sol. Un léger reflet lui permit de déduire qu’il devait y avoir un peu d’eau sur le sol si lisse. Mais le pied s’enfonça à travers la dalle, puis ce fut le mollet, le genou et la cuisse. Totalement déséquilibrés sebastien leva les bras, bascula en avant fermant les yeux, serrant les dents dessinant une grimace sur son visage que j’imagine totalement ridicule ! Il passa travers le sol de béton quasiment à l’horizontale. Vous l’aurez compris, ce n’était pas une dalle de béton mais juste de la mousse qui s’était développé à la surface d’une eau croupie. Il s’enfonça de plusieurs dizaines de centimètres sous la surface buvant la tasse au passage. Le temps de rejoindre la surface, réaliser ce qu’il se passe le voila en traine de s’accrocher aux marches et de se hisser à l’extérieur crachant son eau moisie et regardant autour de lui pour être sur qu’aucun témoin ne l’avaient vu. Dégoulinant d’une eau saumâtre, le voilà rigolant et se moquant de sa mésaventure. Ce que j’aurais aimé être là pour voir ça. Moralité il ne faut pas forcer le destin, si tu es fait pour faire la grasse mat, fais la grasse mat au lieu de te lever tôt ! Toujours est-il que lorsque nous sommes revenus sur les lieux du crime quelques heures plus tard, il y avait encore dans la deuxième geôle la trace de la chute de Seb au milieu de la dalle en béton. Alors que normalement ce sont toujours eux qui se moquent de moi, aujourd’hui, moi Prin Cec, princesse vagabonde, capitaine de chausse pied et toujours de nature bienveillante, je me permets d’avoir ma revanche et ne me prive pas.

Les saintes sont magnifiques, son ilet au cabrits, ses différents forts, son eau turquoise, se plages de sable blanc et ses palmiers, ses rencontres fugaces, impromptues et parfois tellement cocaces (Comme ce groupe de 3 canadiennes, croisées dans la rue avec qui nous finiront par manger qui au bout de même pas 15 minutes conduiront un interrogatoire musclé sur « Comment est ta libido ? » )

Merveilleux passage aux Saintes, mais demain nous allons partir pour la Dominique. Il me tarde il parait que c’est une ile féeriq… envoutante ! En plus je ne serais plus seule, une autre princesse va nous rejoindre : Princesse Leah ! Hé mais attendez, ca voudra dire qu’on sera deux princesses à bord ! Autant que deux capitaines !

Ah au fait ! Si vous voulez lire mes premières aventures il vous suffit de cliquer sur ces liens !

💫 Amazon: https://www.amazon.fr/gp/product/B07KMHFP8X…
💫 Fnac: https://www.fnac.com/livre-num…/…/Cecile-Bonnet-Abracadabra…
💫 Cultura: https://www.cultura.com/abracadabra-tea-9791026225805.html
💫 Kobo: https://www.kobo.com/fr/en/ebook/abracadabra-23

Et pour suivre mes aventures actuelles c’est par ici : https://www.facebook.com/onceuponatimearoundtheworld/?ref=br_rs